Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 janvier 2011 2 25 /01 /janvier /2011 13:28


L’exercice que je vous propose est très intéressant, car il met en jeu plusieurs aspects de la communication verbale et non verbale. L’exercice consiste à faire reconstituer par un partenaire une lettre (qu’il ne connaît pas) à partir d’éléments découpés.

Consignes
pour une classe de 24 étudiants
(lettre E)


1) Reproduire la lettre E (15 centimètres de hauteur environ sur 10 centimètres de large environ) et dessiner 12 figures géométriques dans cette lettre (les figures seront numérotées de 1 à 12 : carré, triangles divers, rectangle, trapèze...).

2) Photocopier plusieurs exemplaires de la lettre en fonction du nombre de participants à l’exercice (24 lettres E par exemple pour une classe de 24 étudiants).

3) Découper 12 lettres E en douze figures géométriques (faire le même découpage avec les 12 lettres photocopiées). Les 12 autres lettres E ne sont donc pas découpées.

4) Placer les douze figures géomériques de chaque lettre dans une enveloppe afin de ne pas les égarer (12 enveloppes dans le cas qui nous occupe).

5) Partager la classe en groupes de deux étudiants. Chaque membre du groupe se placera en face de son partenaire.

6) Un des membres de l’équipe (qui possède une lettre non découpée avec les douzes figures numérotées de 1 à 12) demandera à son partenaire de reconstituer la lettre E (ce partenaire, qui a reçu une enveloppe, prendra dans
celle-ci les 12 figures géométriques découpées et non numérotées attaché-case, classeur...) entre les deux membres de l’équipe afin que le partenaire chargé de reconstituer la lettre E ne voit jamais la lettre E dans sa totalité.

7) Le membre chargé de faire reconstituer la lettre peut utiliser :

- la communication verbale : «tu prends le triangle isocèle que tu places dans le bas, la base de ce triangle doit être parallèle à ...
- la communication gestuelle sans jamais reproduire gestuellement la lettre E.

Le membre chargé de reconstituer la lettre peut utiliser les mêmes moyens.

8) L’exercice n’est pas facile, puisque les deux membres sont placés l’un en face de l’autre : l’organisation spatiale est donc différente pour chacun d’eux ! Cette difficulté, parmi d’autres, créera sans doute une certaine tension que chaque membre de l’équipe devra gérer pour le bien de son partenaire.

9) L’équipe gagnante est celle dont le membre chargé de reconstituer la lettre E a été le plus rapide (il faut savoir que si ce dernier a été rapide pour reconstituer la lettre E, c’est sans doute grâce à son calme personnel et aux explications plus claires de son partenaire). Bien entendu les autres équipes doivent continuer l’exercice tant que la lettre E n’est pas reconstituée dans chaque équipe : on peut ainsi classer les équipes en fonction de la rapidité à
reconstituer la lettre.

10) Si le groupe comprend 24 élèves, on peut également créer : 8 équipes de deux étudiants et 8
observateurs. Un observateur peut, en fonction du nombre des étudiants dans une classe, observer deux équipes.
Le rôle de ces observateurs ne sera expliqué qu’à ces derniers. Chaque observateur observe une équipe : son rôle n’est pas de porter un jugement de valeur sur les personnes (il doit rester neutre et ne peut jamais intervenir), mais
d’observer et de noter par écrit plusieurs aspects :

- Quel est le type de langage le plus souvent utilisé par chaque membre de l’équipe ?
- Une tension est-elle présente à un certain moment et pourquoi (un membre s’énerve-t-il rapidement par exemple) ?
- Qui, dans l’équipe, s’est montré le plus patient à travers l’exercice ?
- L’exercice s’est-il réalisé dans le calme ?

11) Après l’exercice, chaque observateur peut dire ce qu’il a noté et chaque membre des différentes équipes peut partager la façon dont il a vécu l’exercice (les difficultés rencontrées...).

Partager cet article

Published by Jean-Pierre Leclercq - dans PARLER - ÉCOUTER
commenter cet article

commentaires